Ptit Coumelyen nro 26

NRO 26 Juin 2012

EDITO

«  Sauvons le triple A Coumélyen ! »

Après une belle réunion du conseil d’administration, pendant laquelle nous avons accueilli une petite nouvelle, en la personne de Virginie FRANCHETEAU que vous avez élue lors de la dernière assemblée générale,
nous pouvons venir vous encourager à sauvegarder le AAA Coumélyen !

: comme Accueil et Animation :
Nous accueillons de nouveaux coumélyens en prenant soin de ne pas dépasser le chiffre de 150, pour rester « une asso à taille humaine »

A : comme Arrêt et Admiration :
Sur le plateau de Coumély, nous prenons le temps de nous arrêter pour souffler, dans une vie trop agitée, parfois. Et nous ne nous lassons pas d’admirer cet abri de montagne ou ces sommets qui changent de couleur à chaque saison !

: comme Action et Amélioration :
Le site de « Coumély 85 » reste un lieu fragile, à cause des conditions climatiques et du fait de nombreux passages de vacanciers en 4-5 mois d’été, sans parler du passage destructeur des sangliers !!! D’où l’importance à ne pas avoir peur de retrousser ses manches, pour faire faire bouger pelles, truelles, etc
Merci de votre participation ! Et au plaisir de se revoir le 9 septembre !
Gaby : vice-présidente                      Bernard : président









ECHOS DU CONSEIL D’ADMINISTRATION


Le conseil d’administration s’est réuni au grand complet le dimanche 29 avril, exceptionnellement à Paris pour visiter le président…… de l’association (entendons-nous bien !). La rencontre s’est tenue chez Bernard ROBERT au 23 rue Jean de Beauvais, en plein centre de la capitale ! Le point de vue ne vaut pas celui de Coumély, mais c’est bien aussi !
.
Voici quelques aperçus des débats et des principales décisions :

  1. AU NIVEAU DU SITE DE COUMELY
= Des sangliers ayant labouré tout le terrain, il y a un immense chantier d’aplanissement du terrain, pour le remettre en état ! Bon courage à chacun !

= Nous RECHERCHONS toujours UNE CUISINIERE A BOIS d’occasion ! Si quelqu’un en trouve une, il aura droit à toute notre considération !!!

= Fin Juin, pendant une ou deux semaines, des volontaires font faire le transport de matériaux et continuer le chantier de la deuxième réserve pour bois et outillage.







= Ceux qui veulent « donner un coup de main » pour le chantier, doivent regarder la « fiche de suivi des travaux » qui est collée sur la porte d’entrée vitrée : des conseils y sont donnés !

= pour ceux qui manquent d’occupation ou de moyens de transpiration ( !), le transport du bois de chauffage est toujours une activité à encourager !

  1. AU NIVEAU DE LA VIE ASSOCIATIVE
=> Certains adhérents sont souvent déclarés « aux abonnés absents ». Nous décidons de les relancer pour se mettre à jour dans leurs cotisations, ou savoir s’ils veulent rester dans l’association.



=> Depuis les débuts, le siège de l’association est au 11 rue Mermoz à La Roche/yon et il devient nécessaire de trouver une autre adresse. Nous en soumettrons une nouvelle, au prochain vote lors de l’assemblée générale du 9 septembre.
= Nous acceptons les adhésions d’Isabelle MARQUIS (de Pouzauges) et de… (de) qui ont demandé à faire partie de la Coumélyenne.



=> Lors de la prochaine AG, nous voterons pour trois places dans le Conseil d’administration, car Bernard RETAILLEAU N° 55, Colette SORIN N°78 et Philippe MARQUIS N° 75 terminent leur mandat. Prochainement  un document vous permettras le vote  correspondance ou de donner votre procuration. Vous trouvez aussi le listing des Coumélyens mis à jour.



RENDEZ-VOUS à la PROCHAINE ASSEMBLEE GENERALE
LE DIMANCHE 9 SEPTEMBRE 2012
A MORTAGNE SUR SEVRE
AU CENTRE MUNICIPAL rue de la fontaine neuve(derrière la poste)

Au Programme :

10h – accueil
11h – assemblée générale avec rapports d’activité, moral et financier
12h – élections du tiers sortant, et ouverture du cahier de réservations
12h 30 – apéro suivi du pique-nique
14 h : rando dans les environs (bord de la Sèvre)
16 h 30 : pot de départ
17 : Fin

N’oubliez pas d’apporter :
  • les objets trouvés à Coumély, oubliés par les uns ou les autres
  • vos photos historiques (sur support papier ou clé USB)
  • votre pique-nique (solide et liquide !)

Ci-joints vous trouvez :
  • la liste des adhérents et leur numéro d’ordre et adresse postale
  • un papier pour le vote par procuration ou correspondance
(postale ou mail)

*****
ATTENTION ATTENTION !
POUR UNE RESERVATION !
Contacter: Philippe MARQUIS
7 rue Ferchaud de Réaumur
85 700 POUZAUGES
Tél : 06 78 94 99 59 ou 02 51 61 47 64
pmarquis85ATgmail.com




HISTOIRE D’UNE VIEEpisode N° 10 
LA VIE AU VILLAGE :

  Au village, c’était aussi des paysans comme moi, mais ils étaient mieux placés. Alors ils ont fait construire. D’abord les PUJO : ils avaient déjà une petite cabane dans la propriété, pour vendre des cartes postales, louer des cannes, etc.. Ils ont fait construire le « Taillon ». Ensuite il y a eu la construction « des Glaciers », puis « l’Iris ». Tout ça , c’était la même famille . Avant il y avait eu « le Central » construit par LAPORTE, et aussi « Les cascades » : celui-là c’était le premier. Avant tout çà, bien sûr, il y avait « les voyageurs » et le « Marboré » : ceux-là ils sont construits depuis très longtemps.
Chacun a fait ce qu’il a pu avec ce qu’il avait.
Pendant l’hiver, ce qui marquait la vie au village, c’était les avalanches. Elles ne tombaient pas tous les ans….mais parfois elles faisaient de gros dégâts. A une époque, on les avait tous les deux ans ….maintenant, c’est moins ! Mais on a toujours la crainte, surtout maintenant quand il y a des clients dans les gîtes. La maison est à l’abri, mais pas la route…et on ne la voit pas venir. On ne l’entend pas non plus. Je l’ai entendue une seule fois…je m’en souviens, c’était en 1951 ; Jeannot était tout petit. Elle était énorme. .Elle était belle ! Elle était descendue jusqu’à la route et avait traversé le gave ! Et il n’y avait pas d’outils comme maintenant pour la dégager. Les hommes ont tout déblayé à la pelle ! Elle est descendue aussi en 1978, aussi…je m’en rappelle…parce que c’était la mort de Claude FRANCOIS !
Les orages aussi, on les craint, parce que ça apporte beaucoup d’eau et de la boue et çà coupe la route souvent….c’est arrivé souvent à la St Jean (fin Juin).
Autrefois aussi, on n’avait pas la route pour venir à la maison. La route a été faite en 1970.Quand COSSIEU l’épicier de Luz venait, il laissait son fourgon chez Passet, et on descendait avec des paniers; et on faisait nos réserves pour un certain temps. On prenait 5kgs de sucre, 5 Kgs de café, 5 litres d’huile…il fallait faire plusieurs tours. Il y avait un chemin, qu’on prenait à pied ou à dos d’âne par un chemin qui traversait les près à PEYOT. A l’automne, quand on faisait venir du vin, il fallait quatre hommes pour porter le tonneau dans le chemin ! C’était un tonneau de 100 litres…çà donnait soif de le porter ! Et il en fallait deux pour passer l’hiver ! Les fêtes importantes : c’est surtout la fête de la St Jean, à la fin du mois de Juin. Une année, les petits enfants (Stéphanie, Marilyne ….) ont gagné une coupe. Je ne sais plus à quelle occasion.
Actuellement, il y a 177 habitants sur la commune. Mais quand j’étais jeune, il y avait beaucoup plus de monde, car il y avait deux écoles, une pour les garçons et une pour les filles ; et aujourd’hui, il n’y a plus d’école .Vers 1950, il y avait peut-être un millier d’habitants qui étaient là pour travailler pour l’EDF. Beaucoup venaient de la Pologne, de l’Italie, de l’Espagne, etc.….Aujourd’hui c’est vraiment une petite commune. Tout le monde se connaît. Au conseil municipal, il y a 11 conseillers. Henri a été demandé pour en faire partie, mais il n’a pas voulu.

Laisser un commentaire