ptit Coumelyen nro 21

N° 21 : Décembre 2009

[tab:Edito]

Par ce nouveau numéro du petit coumélyen, les membres du conseil d’administration :

Colette SORIN trésorière adjointe

Robert HUET, trésorier

Bernard RETAILLEAU, responsable entretien et installation

Jérôme BOSSARD, secrétaire

Philippe MARQUIS, secrétaire adjoint

et nous-mêmes, Gaby et Bernard

 

sommes heureux de vous souhaiter une bonne et heureuse année 2010, avec :

– une meilleure santé pour pouvoir bien randonner !

– un bon séjour à Coumély si c’est programmé !

– la joie de se retrouver à la PROCHAINE ASSEMBLEE

GENERALE LE DIMANCHE 3 OCTOBRE 2010 A CHALLANS

 

Nous sommes heureux aussi de vous donner des infos sur la dernière assemblée avec quelques décisions importantes pour un meilleur « vivre ensemble coumélyen »

Nous rappelons à quel point la participation à cette assemblée générale est importante pour apprendre à mieux nous connaître, nous tous qui empruntons les mêmes sentiers de coumély, mais sans nous y rencontrer.

 

Bonne lecture !

Gaby (vice-présidente), Bernard (président)

[tab:ECHOS DE LA 11ème AG]

ECHOS DE LA 11ème AG

 

En cette belle journée du 4 octobre 2010, nous étions 85 personnes environ à nous rassembler sur les hauteurs de Pouzauges. Peut-être un record au niveau de la participation ? En tout cas, çà faisait une belle assemblée.

Accueillis, comme il se doit par l’équipe de Pouzauges et environs, l’AG s’est déroulée dans une bonne ambiance, en découvrant les dernières photos et vidéos du site de Coumély. Avec des débats et des témoignages chaleureux, des décisions furent prises par l’assemblée :

1. les semaines réservées à la fin août pour les jeunes ? devant le peu de demande de la part des jeunes, on décide de n’en garder qu’une seule :CE SERA LA SEMAINE 34

2. Réflexions sur la grange qui n’a pas toujours été trouvée en état de propreté ! et sur les bouteilles de gaz parfois trouvées vides : A EVITER A TOUT PRIX !

3. Précision sà propos du gaz pour dire qu’on ne doit acheter que du BUTANE et toujours de la même marque que la bouteille vide qu’on retourne.
4. Décision de faire une « opération CIMENT pour la murette et pour le dortoir » les deux semaines 24 et 25. Responsable : Gérard GOURRAUD de Challans et d’une « opération BOIS » à la Toussaint 2010 : Responsable : Jean-Bernard OUVRARD (des Herbiers)

5. Il est demandé aux vacanciers à Coumély de téléphoner aux suivants s’il y a un problème technique pour que ces derniers montent le matériel nécessaire pour les réparations éventuelles :

6. Il est demandé aussi à ceux qui montent des conserves, de les déposer dans le coffre ad hoc et d’utiliser, en priorité, celles qui sont déjà là, et donc périssables en premier.

7. Celles et ceux qui ont des photos « remarquables » ou qui ont un intérêt historique, sont priés de les envoyer à Philippe MARQUIS qui les imprimera et les mettra dans l’album photos

l’ALBUM DE COUMELY

8. A été dévoilé aussi le prototype d’un « DOSSIER TECHNIQUE » qui sera en permanence à Coumély, et aussi envoyé par internet à tous les coumélyens branchés.

9 PROCHAINE DATE d’AG : le 3 octobre 2010 à Challans

 

[tab:Reservations]

Puis la parole fut donnée au secrétaire (Jérôme)

pour résumer la situation des réservations : 30 semaines et 3 week end. Mais aussi 7 semaines annulées (dont 5 à cause de l’avalanche) et 1 week end ! Même si cela peut s’expliquer par l’arrivée massive de la neige de printemps, il est important de se redire :

– qu’on ne doit pas réserver si on n’est pas certain d’y aller ou de constituer une équipe !

– qu’on doit avertir d’une annulation dès qu’on le sait et ne pas attendre la semaine précédant le départ !

ATTENTION POUR LA RESERVATION !

Jérôme BOSSARD a changé d’adresse, et de téléphone :

Notez bien : 31 rue de Livonnière 85 130- LA VERRIE

Téléphone : 02 44 58 21 90

LES SEMAINES RESERVEES : (on peut consulter sur le site l’agenda en ligne: http://coumely.free.fr/wp/) Semaines 15-19-20-21-22-23- « 24-25 pour opération ciment »- semaines 26-27-28-29-31-32-33-34-35-36-37- 43

et le week end de la Toussaint pour « l’opération bois »


[tab:finances]

Le trésorier (Robert) à son tour nous donna la situation financière. Avec la mise des adhésions ce jour là, elle s’est modifiée. Voici donc ce qu’elle est devenue (à l’heure où nous imprimons !)

SOIT UN RESULTAT POSITIF DE : 2 329, 08 euros qui s’explique par l’absence de

gros travaux cette année.

Le trésorier (Robert) à son tour nous donna la situation financière. Avec la mise des adhésions ce jour là, elle s’est modifiée. Voici donc ce qu’elle est devenue (à l’heure où nous imprimons !)

 

SOIT UN RESULTAT POSITIF DE : 2 329, 08 euros qui s’explique par l’absence degros travaux cette année.

 

VENTE DE TEE SHIRT « la Coumélyenne » : il en reste une bonne trentaine !

A vendre au prix de 5 euros pièce ! Commander à Bernard & Madeleine RETAILLEAU 18 avenue de champ blanc 85 130 LA VERRIE- tél 02 5165 90, et en leur envoyant le chèque correspondant et en précisant la taille.

[tab:votes et autres]

VOTE : 46 votants + 36 procurations + 5 par internet TOTAL = 87 voix

Résultats : Bernard RETAILLEAU : 82 voix, réélu, Colette SORIN : 82 voix, réélue Philippe MARQUIS : 81 voix, réélu

Babeth BENETEAU : 3 voix, Annabelle BAUCHET : 2 voix, Roger SORIN : 2 voix , Jacques DIXNEUF : 2 voix,

Eric CLAIRGEAUX : 2 voix, Anne Marie PAILLAT : 2 voix, Pascal TARDIF : 1 voix, Virginie FRANCHETEAU : 1 voix

 

Puis 65 personnes se sont retrouvées pour le pique nique

Et parmi elles, 45 courageux se sont lancés sur les sentiers de randonnée du haut bocage. Une belle randonnée avec de jolis points de vue

 

et aussi un arrêt buvette chez un amoureux de coumély.

MERCI A L’EQUIPE DES POUZAUGEAIS pour cette bonne organisation et cette belle journée de retrouvailles !

[tab:PAYSANS DE MONTAGNE]

HISTOIRE D’UNE VIE – Episode 5

LA VIE QUOTIDIENNE DES PAYSANS DE MONTAGNE

L’hiver, on ne travaillait pas dehors…On commençait à nettoyer les prés seulement au mois de mai, quand il n’y avait plus de neige…mais des fois, il y en avait encore un peu. On sortait les animaux à ce moment là. On semait les pommes de terre à la fin mai ; et on faisait les foins à la fin Juin, à la St Jean….et les premières neiges arrivaient en octobre ! Donc l’été c’est vraiment très court, par ici !

On avait 8 vaches avec mon papa ; et avec Henri on a augmenté plutôt les chevaux que les vaches. On est resté à 8 ou 10 vaches et on a eu jusqu’à 8 chevaux et 4 ânes. On a fait comme cela parce que les touristes sont arrivés après la guerre, dans les années 50 et que çà rapportait plus d’argent, en allant au cirque C’était moi, et aussi ma maman qui allions au cirque, car Henri restait travailler aux prés. Tous les jours on montait au village. Au départ, il y avait un syndicat entre les propriétaires de chevaux…puis çà s’est défait…on a continué pendant des années sans syndicat, mais c’était la pagaille, on se disputait tout le temps ; çà ne faisait pas propre devant les touristes…Alors, on s’est réorganisé dans un nouveau syndicat, avec l’aide des gens du conseil municipal, surtout des gens comme Georges ADAGAS. A ce moment là on avait 4 ou 5 chevaux chacun. Après on a augmenté ! Pour ferrer les chevaux, il y avait le forgeron .Il venait au village. C’était un événement.

Une fois, en partant de la maison,- c’était vers 1977- l’âne a trébuché, et comme j’étais dessus, je suis tombée et je me suis cassé le bras. C’était en partant au cirque. 45 jours dans le plâtre…mais j’ai continué quand même, avec ce plâtre, à monter au village

J’ai arrêté les chevaux en 1982. Le jour où j’ai arrêté, on a pris une photo. J’étais contente d’un côté …mais triste d’un autre, parce qu’on manquait d’argent, et les gîtes n’étaient pas finis. Cà me faisait mal de vendre les chevaux…On était attachés à eux. On les connaissait par leur nom : Je me rappelle d’ATALANTE, de GAZELLE, de COQUETTE, d’ANDALOUZE, de CHIQUITTA …d’un mâle FAFAN ! Mais on ne pouvait pas les garder…

Ils nous coûtaient trop cher, car l’hiver, comme mon mari ne pouvait plus faire le pré, on n’avait pas assez de nourriture pour eux ; il fallait les mettre en pension. On les envoyait jusqu’à Tarbes ou vers Pau. Il fallait louer un camion…et la pension aussi ,’était cher ; car çà durait 6-7 mois . C’était trop !…. Je regrette seulement qu’on ait vendu les selles. On aurait dû les garder comme souvenirs. Le prix d’un âne ou d’un bourricot à ce moment là, c’était environ 1 000 Francs et le cheval entre 4 000 et 5 000 Francs.

Laisser un commentaire